Centre de bien-être holistique, yogz et massage sur Nice 06100

Le Tantra

Le Tantra est une philosophie qui existe depuis des millénaires, venant de l’Inde et que les occidentaux ont seulement découvert au XXe siècle.

Le Bhoutan a  fait du Tantra sa religion officielle c’est d’ailleurs le seul pays au monde à avoir fait cela.

Le Tantra est un ensemble de pratiques ancestrales qui associe la spiritualité à la sexualité. Concrètement le Tantra est une forme de yoga, il y a donc des exercices physiques très précis, un travail sur la méditation, et sur la respiration. Les bases du Tantra sont relativement simple et sont symboliques. En associant l’énergie féminine et l’énergie masculine l’on va créer la Shakti. Le but est de faire circuler dans tout le corps, en partant du tellurique pour arriver jusqu’à la tête, au sommet crâne, à travers des centres d’énergie bien particulier que l’on appelle des chakras.

La pratique du Tantra se fait d’abord seul puis en couple par la suite.

Le Tantra n’est pas une pratique érotique malgré sa connotation sensuelle. Il s’agit en réalité d’une véritable discipline qui demande rigueur et assiduité. De même, il ne peut pas être Vu comme un mouvement sectaire. Il est la voie invitant à explorer en toute sérénité les potentialités de la sexualité humaine, de la sexologie sans érotisation. Ainsi, il vous permettra d’atteindre un état de pleine conscience, de pleine présence et d’expérimenter une sexualité éveillée.

Toutefois, cette discipline ne peut se réduire qu’à la sexualité. Le Tantra est la voie spirituelle la plus holistique qui n’ai jamais existé, appréhendant dans une vision globale psychique, cœur et esprit mais aussi l’univers et tous ses mystères.

Enfin, il constitue un art de vivre au quotidien empreint d’une vraie philosophie.

Signification et origine :

Le terme peut-être traduit par « expansion de la conscience ». Le mot sanskrit Tantra issu de «  tan » signifie l’étendue, la totalité et « tra » signifie tisser. Visualiser un tissage avec une trame horizontale représentant le niveau terrestre puis le fils qui se tisse progressivement à la verticale permettant ainsi à l’homme de relier le tellurique au cosmique.

Dans l’hindouisme, le mot tantra désigne :

«1) le tissage

2) les Ecritures sacrées de l’hindouisme, présentées comme un dialogue entre Shiva et sa Shakti (Parèdre et Puissance de manifestation et d’action du Divin, représentée comme une Déesse)».

Tantra est un terme appliqué à un dispositif métaphysique pratique venant de la région himalayo-indienne. Dans ce dispositif on considère comme base de l’univers deux principes symbolisés par le couple masculin et féminin. Le Tantra respectant les traditions est une «voie de transformation intégrale de l’être humain», qui passe par le corps et les cinq sens.

Les tantra sont des textes qui se veulent être la continuation des Véda. Les Véda sont des formules de liturgie et de rituel qui apparaissent en Inde entre 1500-1000 av. J. -C. et qui remontent à une tradition orale plus lointaine.. Elles ne furent pas transcrites avant le huitième siècle avant notre ère.

Les tantra, sans rejeter la sagesse ancienne, se présentent eux-mêmes comme l’enseignement ultime offrant la connaissance du monde et les pratiques les plus pointues dans le domaine de la spiritualité.

Émergeant dans la vallée de l’Indus, à une date sur laquelle les spécialistes ne peuvent se mettre d’accord, cette métaphysique repose sur deux principes : une «présence» omnisciente et une «action de prise de conscience». Les deux principes sont symbolisés respectivement par Shiva et par Shakti.

Hindouisme tantrique

Pour l’hindouisme, Tantra signifie : “règle, méthode, traité”. Le tantra est une approche de l’énergie à un niveau subtil. C’est un chemin de Raja Yoga par sa nature complète ainsi qu’un chemin de kriya yoga par son aspect technique. Le yoga tantrique est la forme prédominante de Raja Yoga existant en Inde depuis les temps les plus reculés. Il utilise les huit branches de l’asthânga-yoga de Patanjali en plus de ses aspects et pratiques spécifiques.

Il existe deux types de Tantra-Yoga :

daksinācāra, tantra de la main droite, aussi nommé tantra blanc, où sont pratiqués : les mantra (brèves formules sacrées d’invocation), les yantra (figures géométriques), la visualisation, la méditation assise, les yogas de posture, la dévotion à travers diverses formes de vénération des temples et observant la voie de la renonciation.

vāmācāra, tantra de la voie de la main gauche, aussi nommé tantra rouge, utilise les pratiques sexuelles et autorise de consommer de la viande.

Dans le tantra se trouve la description la plus précise qui soit faite du corps subtil, de ses centres d’énergie (chakra) et des forces supérieures telles que la kundalinî agissant à travers eux. Le Kundalinî-Yoga est membre du Tantra.

Voici quelques auteurs majeurs : Vasugupta, Abhinavagupta, Gaudapâda

Bouddhisme tantrique

Il s’est développé un tantrisme propre au bouddhisme, qui semble émerger entre le IIIe siècle et le IVe siècle, sur des fondements hindouistes . Dans le nord de l’Inde, à Nalanda ainsi qu’à Vikramashila, sont développés la théorie, les différents rituels et les mandalas. Le corpus sanskrit est complet au VIIe siècle et débute alors à pénétrer au Tibet à travers différents maîtres indiens, népalais ou afghans, dont le premier est Padmasambhava (VIIIe siècle). Le relai est bientôt pris par des Tibétains ayant étudié en Inde ou au Népal, qui deviendront maîtres et traducteurs. Le bouddhisme tantrique gagne aussi vers la même époque l’Asie du Sud-Est et la Chine d’où il finira par disparaître. Il s’implante par contre au Japon par l’intermédiaire de moines comme Kukai ayant étudié en Chine.

Le terme tantra est dans le bouddhisme interprété comme «continuité». Une interprétation alternative comme «intégration [des différents aspects et processus de la personnalité]» a été proposée par Rongzom Chokyi Zangpo (Nyingma, XIe siècle). L’objectif de la pratique est comme dans la totalité du bouddhisme mahayana le développement de la sagesse et de la compassion, la destruction de l’ignorance et l’idéale compréhension de la vacuité transcendant samsara et nirvana. Les déités ne sont pas comme dans l’hindouisme des êtres ayant une nature propre ; elles sont plus nombreuses et propres au bouddhisme pour la majorité. L’exégèse des tantras repose sur la philosophie bouddhique.

Le bouddhisme tantrique a aussi été introduit au Japon et au Tibet